Accueil
NEWSLETTER  Inscription
Rechercher : dans Devenir Fan sur facebook Suivez-nous sur Twitter Suivez-nous sur Viadeo Suivez-nous sur LinkedIn RSS
https://www.facebook.com/ASUS.Tunisie http://www.plugandtel.com/ http://www.web-2-com.com/ http://www.lpi-maghreb.org/ http://www.hexabyte.tn/ http://www.structura-tunisie.com
Le Journal

"ICT 4 All", mot d’ouverture du 1er ministre

mer..25.11.09

Mohamed Ghannouchi, premier ministre a prononcé un discours à l’occasion de l’ouverture des travaux de la quatrième édition du forum international des technologies de l'information et de la communication "ICT 4 All forum-tunis+4" à Hammamet.

Le Premier ministre y a relevé la grande attention que porte le chef de l'Etat à cette manifestation et le vif intérêt qu'il accorde au développement de la coopération et du partenariat dans ce domaine si vital, en faveur de la réduction de la fracture numérique entre les pays industrialisés et les pays en développement.

Ce forum, a t-il précisé, intervient quatre ans après le sommet mondial sur la société de l'information qu'avait abrité la Tunisie et qui avait groupé plus de 30 mille participants aux travaux officiels et manifestations parallèles, parmi les représentants des gouvernements, des organisations internationales, du secteur privé et de la société civile. Le SMSI fut un évènement saillant et une référence pour l'avènement d'un nouvel ordre mondial de l'information, à la fois juste, équilibré et solidaire.

Ce forum offre une excellente opportunité d'évaluer les étapes franchies sur la voie de la mise en œuvre des recommandations et décisions du SMSI telles que définies par ''l'engagement de Tunis'', expression de la volonté de la communauté internationale d'aller de l'avant vers la réduction de la fracture numérique, ainsi que par ''l'Agenda de Tunis de la société de l'information'' incarnant la volonté commune d'identifier des modalités pratiques propres à ouvrir des perspectives nouvelles devant l'ensemble des sociétés, de tirer avantage des réseaux d'information et des technologies de la communication sans entraves ni obstacles.

Les recommandations du sommet se sont distinguées par leur caractère pratique dans la mesure où elles ont donné corps à une méthodologie appropriée d'approches à même de garantir un accès équilibré au savoir pour l'ensemble des peuples, dont notamment les peuples africains, et de consolider ce processus à l'échelle de la communauté internationale, dans le cadre d'un calendrier s'étalant jusqu'en 2015.
Le premier ministre a relevé que les technologies de l'information et de la communication constituent un domaine tout indiqué pour atténuer l'acuité des effets de cette crise.

Les études récentes et les rapports des organisations et institutions internationales, a t-il indiqué, ont mis en évidence l'importance de la réalité nouvelle générée par les nouvelles technologies de la communication au niveau des structures de production et de leur rentabilité, mais aussi en termes de comportements des individus, de leurs modes de fonctionnement et de leur consommation ainsi qu'en matière d'échanges commerciaux, de marketing et de modification de leur schéma de développement.

Il est, aujourd'hui, établi, a affirmé Mohamed Ghannouchi, que le recours de l'entreprise aux nouvelles technologies de l'information et de la communication et à leurs applications, dans le cadre de ses systèmes de production et de prestations de services ont métamorphosé structurellement nombre de secteurs administratifs, commerciaux et financiers et leur a permis , à travers l'innovation technologique, d'accroître leur productivité de réduire leurs charges d'exploitation, d'augmenter leurs recettes et de répondre aux attentes de leurs partenaires.

Les études concordent surtout sur la solidité du rapport organique qu'il y a entre les technologies de l'information et de la communication d'une part, et l'impulsion du développement économique, de l'emploi et de l'exportation, d'autre part. En effet et à titre indicatif, le rapport de la Banque Mondiale publié ces derniers mois relève qu'une hausse de 10 points au niveau de la densité d'abonnement à l'ADSL se traduit par un effet direct évalué à une augmentation de 1,3 % au niveau de la croissance du PIB des pays industrialisés et des pays en développement, laquelle augmentation implique à son tour un accroissement de 10 à 14 % du rythme de création d'emplois.

De même, les évaluations macroéconomiques montrent que plus de 30 % de l'amélioration intervenue au niveau de la productivité des entreprises et de leur personnel provient de l'investissement dans le domaine des technologies de l'information et de la communication, la diffusion de leur utilisation et l'exploitation de leurs systèmes innovants, qu'il s'agisse de l'internet, des applications informatiques ou des services électroniques à distance. Cette contribution directe à l'accroissement de la productivité durant la décennie écoulée a atteint 80 % dans certains pays industrialisés comme les Etats-Unis d'Amérique.

Les transactions électroniques faisant appel aux réseaux de communication représentent désormais, à elles seules, 50 % du volume du commerce de services dans le monde, dans le cadre de ce nouveau marché numérique qui compte plus de 4,5 milliards d'utilisateurs du téléphone mobile et 1,7 milliard d'internautes.

Il est prévu que ce nombre augmente de 50 % d'ici fin 2013. Ce mouvement exponentiel concerne notamment les réseaux de haut débit dont le nombre d'abonnés a dépassé, en un court laps de temps, les 420 millions d'abonnés Le Premier ministre a affirmé que la conjoncture économique de ces dernières années a été marquée par une évolution notable et soutenue au niveau de l'investissement dans ce secteur porteur, lequel a enregistré un accroissement annuel moyen de 17% dans le monde, durant les cinq dernières années.

Les prévisions, a-t-il dit, tablent sur la poursuite de cette progression durant la prochaine étape, notamment au niveau de la mise en place des futures réseaux et services, tels que les réseaux de très haut débit par fibres optiques dans lesquels l'investissement enregistrera une forte et rapide progression de l'ordre de 30% par an à l'échelle mondiale.

Il a ajouté que le rapprochement technologique et l'intégration des réseaux au niveau de leurs produits et contenus, a généré un espace économique porteur et ouvert de vastes possibilités d'innovation et de recherche.

Mohamed Ghannouchi a indiqué que le marché africain attire désormais un volume de plus en plus important de programmes et investissements et réalise des performances encourageantes en matière de développement des réseaux d'accès avec les objectifs et recommandations issus du sommet mondial sur la société de l'information, ce qui a permis de porter la densité téléphonique dans le continent africain à 40 abonnés pour 100 habitants, contre 9% en 2004.
Il a fait remarquer que comme le souligne le rapport de l'Union internationale des Télécommunications (UIT) et de la Conférence des Nations-Unies pour le commerce et le développement (CNUCED), la question du développement de l'économie du savoir et de la société de l'information demeure tributaire de l'acquisition d'une aptitude suffisante à accélérer la diffusion des futurs réseaux.

Il a affirmé que les efforts déployés en vue de baisser les tarifs des services de communication, en particulier de l'ADSL, sont de nature à aider à réduire la fracture numérique, estimant que les divers thèmes qui seront examinés d'une manière approfondie au cours de ce forum international, aideront à fixer un cap ambitieux, notamment pour les pays arabes et africains.

Le Premier ministre a exprimé l'attachement de la Tunisie à développer les relations de partenariat avec les divers pays, les firmes internationales et les hommes d'affaires dans le domaine de l'investissement, la promotion de l'industrie de l'intelligence et de la construction de l'économie du savoir afin d'apporter une contribution active aux efforts des Nations-Unies en faveur de la concrétisation des résolutions et recommandations du sommet mondial sur la société de l'information et de la réduction de la fracture numérique entre les pays et les peuples.

Mohamed Ghannouchi a noté que sous l'impulsion du chef de l'Etat, la Tunisie a opté pour une approche moderniste fondée sur la diffusion de la culture numérique, intégrant à cette fin, des dimensions complémentaires pour le développement du secteur des technologies de l'information et de la communication et engageant des programmes de réformes successifs relatifs à la modernisation des infrastructures de communication, à la mise en place du cadre juridique approprié, à la formation de ressources humaines hautement qualifiées et la mise en place d'incitations pour faire de la Tunisie un pôle régional attractif pour l'investissement.

Les efforts déployés, a-t-il fait remarquer, ont permis de réaliser des performances remarquables, précisant que les technologies de l'information et de la communication figurent parmi les principaux secteurs économiques de la Tunisie et constituent le principal moteur du développement intégral avec une contribution au PIB de 11% contre 7% en 2005. La densité téléphonique a enregistré des niveaux record en matière de téléphonie mobile avec un taux de couverture de quelque 88 abonnés pour 100 habitants.

Il a ajouté l'année 2009 a été marquée par le lancement de plusieurs grands programmes destinés à conférer encore plus de dynamisme au secteur des télécommunications et des services à haute valeur ajoutée. La Tunisie, a-t-il dit, a attribué une nouvelle licence à un troisième opérateur de téléphonie fixe, d'Internet et de téléphonie mobile de 2ème et 3ème générations.

Le Premier ministre a fait remarquer que les résultats de l'appel d'offres international relatif à cette opération ont mis en évidence le grand capital de confiance dont jouit la Tunisie auprès des investisseurs étrangers et des milieux d'affaires, de même que les perspectives de développement prometteuses qu'offre le pays.

Il a passé en revue l'ensemble de programmes et grands projets engagés cette année sur instruction du chef de l'Etat, notamment la mise en service d'un nouveau câble sous-marin de haute capacité entre la Tunisie et les pays d'Europe pour le développement et la modernisation du flux de communications téléphoniques, d'Internet et autres services divers outre les baisses successives des tarifs de communications internationales au profit des entreprises et la réduction des tarifs des services d'Internet pour les particuliers de 50%.

Afin de faciliter l'installation des firmes internationales en Tunisie et de réunir les conditions favorables au positionnement sur l'échiquier économique numérique mondial, les zones industrielles et les zones de services ont été dotées d'un réseau de fibres optiques, permettant aux entreprises installées dans ces espaces, un accès à un très haut débit supérieur à 100 mégabits/seconde.

Le Premier ministre a donné un aperçu des projets programmés durant l'année prochaine dont l'élargissement des espaces technologiques destinés à abriter les entreprises opérant dans les domaines porteurs, en particulier dans celui des activités d'offshoring.

Ainsi, 200000m2 de complexes technologiques, dotés de bâtiments modernes, de réseaux évolués et de services rapides seront aménagés pour répondre à la demande croissante des entreprises étrangères et des investisseurs. L'on s'attend à ce que ces espaces technologiques se développent, afin que leur capacité soit portée à 500 000m2, ce qui ferait de la Tunisie une destination mondiale et un pôle dans le domaine des activités porteuses.

Mohamed Ghannouchi a rappelé qu'il sera procédé, d'autre part, à l'engagement de la réalisation d'un programme ambitieux dans le domaine de la formation assorti de la certification de compétence dans les filières en rapport avec le développement des logiciels et la gestion des bases de données, les systèmes d'exploitation, l'administration des réseaux et la sécurité informatique.

IL est escompté, dans une première étape, d'atteindre 10000 titulaires d'une certification de compétence dans le cadre d'un partenariat actif entre le secteur public et le secteur privé, a indiqué le ministre.

Cette dynamique, a-t-il dit, procède du contexte de vastes perspectives offertes par le programme électoral du chef de l'Etat pour le prochain quinquennat, la société du savoir, l'innovation technologique et l'usage de l'internet et des nouvelles technologies occupant une place centrale dans les orientations et objectifs ambitieux de ce programme présidentiel, comme le montre la volonté proclamée d'assurer l'accès pour tous et de développer l'ADSL de manière à atteindre le palier d'un million de nouveaux abonnés au haut débit.

Cette ambition, a fait savoir Mohamed Ghannouchi, apparait également, à travers la place importante accordée au recours aux technologies de nouvelles générations de téléphonie mobile, au WIMAX et à l'accroissement du débit de connexion à la bande passante internationale de l'Internet afin de le porter de 11 Gigabits/seconde en 2008 à 27 Gigabits/seconde d'ici fin 2009 et à 100 Gigabits/seconde fin 2014.

Les grandes ambitions trouvent aussi leur expression dans les objectifs retenus en matière de développement des contenus numériques par la réalisation du programme de la télévision numérique pour assurer une couverture totale de la population d'ici fin 2014, ce qui favoriserait l'intensification des émissions numériques, outre la conversion de la gamme de fréquences utilisée jusque là pour le développement des services du WIMAX à très haut débit.
Le programme présidentiel, a-t-il fait remarquer, met l'accent sur l'encouragement des associations et les organisations à tirer avantage des technologies participatives du WEB et à multiplier les programmes destinés à garantir une chance numérique à la famille tunisienne, en général, et aux élèves et étudiants, en particulier.

Dans le but de promouvoir l'économie immatérielle, d'en consolider les assises et de conforter le potentiel numérique de la Tunisie, il sera procédé à la création d'une agence nationale de promotion des investissements dans l'économie numérique, qui aura pour vocation d'accompagner les promoteurs et les entreprises, de créer les espaces technologiques et d'aider à la réalisation des projets numériques, a affirmé le Premier ministre. M. Ghannouchi a précisé que des efforts significatifs seront en outre consentis pour la concrétisation des projets en rapport avec l'administration électronique, en mettant en place le réseau administratif intégré et en assurant la disponibilité de quelque 200 nouvelles prestations de services administratifs à distance, via les réseaux de communications, ainsi qu'à travers le développement du système informatique de la santé publique avec la mise en place d'un réseau moderne de haut débit pour la modernisation du réseau national constitué de 280 établissements de santé.

IL a ajouté que l'enseignement et la formation occupent, eux aussi, une place essentielle. En effet, a-t- il dit, le nombre d'ingénieurs devrait atteindre le cap de 9000 diplômés par an d'ici fin 2014.

La modernisation demeure tributaire du développement de la capacité des gouvernements, des organisations régionales et internationales, du secteur privé et des institutions de financement à redoubler d'efforts dans les sens du développement du partenariat et de l'échange d'expériences sur les meilleurs moyens d'impulser l'investissement, l'innovation et l'exploitation des opportunités offertes pour le renforcement des passerelles de coopération, d'échanges et de solidarité et pour la réduction de la fracture numérique, a-t-il poursuivi.

Le Premier ministre a émis l'espoir de voir le prochain sommet africain qui sera consacré à la promotion de l'économie du savoir et des technologies de l'information et de la communication dans le continent africain etre un cadre idoine pour fixer les objectifs propres à assurer la diffusion de la culture numérique et l'intensification de l'utilisation des nouvelles technologies afin de renforcer le développement économique et social équilibré et durable.

Mohamed Ghannouchi a ensuite inauguré une foire des technologies, organisée à l'occasion du forum Tunis+4, à laquelle prennent part 60 exposants représentant des entreprises nationales et internationales actives dans le domaine des TIC venues de Tunisie, de l'Afrique, l'Amérique, l'Europe et l'Asie et offrant des solutions technologiques dans plusieurs domaines.


Articles de même catégorie

Ajouter aux Favoris Tunisia IT: Page de démarrage Qui-sommes-nous? Contactez-nous Contactez-nous Publicité